Labels bio, comment s'y retrouver ?

AB, Bio Europe, Bio cohérence, Cosmebio, les labels bio ont fleuri entre 1980 et 2000 en réaction à l’intensification de la production industrielle agricole. À l’heure actuelle, il existe une trentaine d’organismes certifiant des produits biologiques.

QU’EST-CE QU’UN PRODUIT BIO ?

Un produit est considéré comme bio, uniquement s'il est un produit agricole ou une denrée alimentaire issu de l’agriculture biologique et que de fait, il répond aux exigences de la législation européenne, notamment: 

- Aucune utilisation de produits chimiques de synthèse (pesticides, engrais, désherbants...)

- Aucune utilisation d’OGM

- Respect du bien-être animal (transport, conditions d’élevage, abattage…)

- Pour les produits transformés, une quantité de 95 % au moins des ingrédients issus de l’agriculture biologique

Ne peuvent pas être considérés comme bio : les produits de la chasse et de la pêche d’espèces sauvages, l’eau, le sel, les textiles, les produits transformés non destinés à l’alimentation humaine ou animale. Ces produits font l’objet de certifications spécifiques (pêche durable, coton GOTS…).

Les produits cosmétiques quant à eux ont leurs propres labels (Cosmebio, Ecocert…) et feront l’objet d’un autre article.

Si le label AB qui dépend du ministère de l’agriculture est le plus courant en France, il existe différents labels bio pour aider le consommateur à choisir ses produits en magasin.

Comment s'y retrouver ? Chaque label bio existe avec son propre cahier des charges, donnant lieu à des certifications réalisées par des organismes indépendants et reconnus (notamment Ecocert).L’ensemble de ces labels bio est une garantie sérieuse de la qualité des produits et de leur conformité aux différents cahiers des charges.

LES LABELS BIO OFFICIELS

Le logo AB : il correspond au label français créé par le ministère de l’Agriculture. Il atteste qu'un produit contient au moins 95 % d'ingrédients agricoles certifiés bio. Ce logo français AB est désormais facultatif au profit du label européen.

Le logo Eurofeuille : c'est le label européen qui caractérise les produits fabriqués en Europe respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique européenne. Ce logo communautaire est obligatoire pour les produits bio. Il doit être accompagné d’une mention précisant l’origine des matières premières (UE ou non-UE) ainsi que du numéro de l’organisme certificateur.

LES LABELS BIO PRIVÉS

Le label Bio Cohérence va plus loin que les labels bio officiels. Il garantie des fermes 100% bio (assure une démarche globale et cohérente des producteurs). Les produits Bio Cohérence sont exclusivement fabriqués en France et constitués de matières premières bio françaises, lorsqu'elles sont disponibles sur le territoire. Pour les matières premières exotiques, Bio Cohérence impose une certification Commerce Équitable en plus de la certification bio. Les cultures sous serres chauffées sont interdites. Les garanties sur le bien-être animal sont renforcées (aménagement des lieux de vie, limitation des temps de transport, encadrement des conditions d’abattage).

Le label Nature et Progrès est un pionnier du bio en France. Cette fédération créée par des professionnels et des consommateurs en 1964 s’appuie sur une agriculture paysanne et locale. Contrairement aux autres labels, elle n’impose pas à ses adhérents d’obtenir la certification Agriculture biologique européenne, bien qu’environ la moitié la possède. La certification bannit les pesticides, engrais chimiques et OGM mais encourage aussi la polyculture et le respect de la saisonnalité. Elle prône également la relocalisation, les fermes et ateliers à taille humaine ou encore les circuits courts.

Le label Demeter, fondé en 1924, est présent dans plus de 50 pays. C’est un label international des produits issus de l’agriculture Biodynamique. L’Agriculture Biodynamique, a pour but, en parallèle de la production, de soigner la Terre, régénérer les sols, et favoriser l’harmonie au sein d’un même domaine agricole des animaux d’élevage et des cultures. Les agriculteurs biodynamistes respectent notamment pour cela les rythmes de la Terre et des astres (cycles lunaires, soleil, planètes).

Le label Bio Equitable France est un cahier des charges qui garantit des échanges commerciaux équilibrés et durables avec des produits à la fois bio et équitables. Le label est porté par des paysans qui se sont organisés collectivement pour construire un modèle d’agriculture résilient. Tous les acteurs s’engagent pour une durée minimum de 3 ans, avec des volumes déterminés à l’avance et un prix rémunérateur. Le label intègre des critères de production stricts sur la taille des exploitations, la saisonnalité, la préservation des sols… Tous les produits labellisés sont issus d’exploitations françaises.

Le label FNAB (Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique) met l’accent sur des enjeux encore jamais traités par d’autres labels et considérés comme fondamentaux à moyen terme : qualité de vie sur la ferme, valeur du travail paysanenrichissement des sols et préservation de la biodiversité. C’est un label de et pour les producteurs bio, ils ont eux-mêmes la main sur le cahier des charges. Il soutient les agriculteurs dans leur démarche de progrès (cycle de formation et accompagnement). Le label a également un volet équitable en proposant un cadre clair ainsi que des outils de valorisation pour les producteurs.

LES LABELS NON BIO… QUI FONT DÉBAT

Le label Haute Valeur Environnementale garantit que les pratiques agricoles utilisées sur l'ensemble d'une exploitation préservent l'écosystème naturel et réduisent au minimum la pression sur l'environnement. Il est fondé sur quatre thématiques : la préservation de la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et la gestion de l’irrigation.

Il a été attaqué en justice le 23 janvier 2023 pour tromperie du consommateur par UFC-Que Choisir, Générations Futures, Agir pour l'environnement, Réseau Environnement Santé, la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB), le SYNABIO et l’association Bio Consom'Acteurs (BCA). Ils réclament que les autorités mettent un terme au greenwashing entretenu par cette mention. Le respect des règles environnementales de base de la Politique Agricole Commune (PAC) n’est pas exigé, et l’utilisation d’intrants chimiques comme des engrais et pesticides de synthèse particulièrement néfastes pour l’environnement ou pour la santé humaine reste autorisée !

Le label Rouge est un sigle national permettant d’identifier des produits bénéficiant d’un niveau de qualité supérieur en comparaison à des produits similaires. Selon la catégorie du produit, le cahier des charges diffère (400 cahiers des charges différents au sein du label Rouge). L’hétérogénéité de ce label peut poser problème car pour certains produits il y a très peu de différences avec des produits sans labels (le porc par exemple). Il est compliqué pour le consommateur de s’y retrouver car pour chaque type de produit il lui faudrait aller voir le cahier des charges correspondant. Ce label n’intègre aucuns critères environnementaux (pesticides et OGM autorisés).

INFOGRAPHIE

Cette infographie réalisée par le média Vert reprends les principes généraux de chaque label et permet de les comparer entre eux (à partir de “La boussole des labels” réalisée par Bioconsom’acteurs, FAIRe un monde équitable et Actionaid).

 
Labels bio, comment s'y retrouver ? js_def

Labels bio, comment s'y retrouver ?

AB, Bio Europe, Bio cohérence, Cosmebio, les labels bio ont fleuri entre 1980 et 2000 en réaction à l’intensification de la production industrielle agricole. À l’heure actuelle, il existe une trentaine d’organismes certifiant des produits biologiques.

QU’EST-CE QU’UN PRODUIT BIO ?

Un produit est considéré comme bio, uniquement s'il est un produit agricole ou une denrée alimentaire issu de l’agriculture biologique et que de fait, il répond aux exigences de la législation européenne, notamment: 

- Aucune utilisation de produits chimiques de synthèse (pesticides, engrais, désherbants...)

- Aucune utilisation d’OGM

- Respect du bien-être animal (transport, conditions d’élevage, abattage…)

- Pour les produits transformés, une quantité de 95 % au moins des ingrédients issus de l’agriculture biologique

Ne peuvent pas être considérés comme bio : les produits de la chasse et de la pêche d’espèces sauvages, l’eau, le sel, les textiles, les produits transformés non destinés à l’alimentation humaine ou animale. Ces produits font l’objet de certifications spécifiques (pêche durable, coton GOTS…).

Les produits cosmétiques quant à eux ont leurs propres labels (Cosmebio, Ecocert…) et feront l’objet d’un autre article.

Si le label AB qui dépend du ministère de l’agriculture est le plus courant en France, il existe différents labels bio pour aider le consommateur à choisir ses produits en magasin.

Comment s'y retrouver ? Chaque label bio existe avec son propre cahier des charges, donnant lieu à des certifications réalisées par des organismes indépendants et reconnus (notamment Ecocert).L’ensemble de ces labels bio est une garantie sérieuse de la qualité des produits et de leur conformité aux différents cahiers des charges.

LES LABELS BIO OFFICIELS

Le logo AB : il correspond au label français créé par le ministère de l’Agriculture. Il atteste qu'un produit contient au moins 95 % d'ingrédients agricoles certifiés bio. Ce logo français AB est désormais facultatif au profit du label européen.

Le logo Eurofeuille : c'est le label européen qui caractérise les produits fabriqués en Europe respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique européenne. Ce logo communautaire est obligatoire pour les produits bio. Il doit être accompagné d’une mention précisant l’origine des matières premières (UE ou non-UE) ainsi que du numéro de l’organisme certificateur.

LES LABELS BIO PRIVÉS

Le label Bio Cohérence va plus loin que les labels bio officiels. Il garantie des fermes 100% bio (assure une démarche globale et cohérente des producteurs). Les produits Bio Cohérence sont exclusivement fabriqués en France et constitués de matières premières bio françaises, lorsqu'elles sont disponibles sur le territoire. Pour les matières premières exotiques, Bio Cohérence impose une certification Commerce Équitable en plus de la certification bio. Les cultures sous serres chauffées sont interdites. Les garanties sur le bien-être animal sont renforcées (aménagement des lieux de vie, limitation des temps de transport, encadrement des conditions d’abattage).

Le label Nature et Progrès est un pionnier du bio en France. Cette fédération créée par des professionnels et des consommateurs en 1964 s’appuie sur une agriculture paysanne et locale. Contrairement aux autres labels, elle n’impose pas à ses adhérents d’obtenir la certification Agriculture biologique européenne, bien qu’environ la moitié la possède. La certification bannit les pesticides, engrais chimiques et OGM mais encourage aussi la polyculture et le respect de la saisonnalité. Elle prône également la relocalisation, les fermes et ateliers à taille humaine ou encore les circuits courts.

Le label Demeter, fondé en 1924, est présent dans plus de 50 pays. C’est un label international des produits issus de l’agriculture Biodynamique. L’Agriculture Biodynamique, a pour but, en parallèle de la production, de soigner la Terre, régénérer les sols, et favoriser l’harmonie au sein d’un même domaine agricole des animaux d’élevage et des cultures. Les agriculteurs biodynamistes respectent notamment pour cela les rythmes de la Terre et des astres (cycles lunaires, soleil, planètes).

Le label Bio Equitable France est un cahier des charges qui garantit des échanges commerciaux équilibrés et durables avec des produits à la fois bio et équitables. Le label est porté par des paysans qui se sont organisés collectivement pour construire un modèle d’agriculture résilient. Tous les acteurs s’engagent pour une durée minimum de 3 ans, avec des volumes déterminés à l’avance et un prix rémunérateur. Le label intègre des critères de production stricts sur la taille des exploitations, la saisonnalité, la préservation des sols… Tous les produits labellisés sont issus d’exploitations françaises.

Le label FNAB (Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique) met l’accent sur des enjeux encore jamais traités par d’autres labels et considérés comme fondamentaux à moyen terme : qualité de vie sur la ferme, valeur du travail paysanenrichissement des sols et préservation de la biodiversité. C’est un label de et pour les producteurs bio, ils ont eux-mêmes la main sur le cahier des charges. Il soutient les agriculteurs dans leur démarche de progrès (cycle de formation et accompagnement). Le label a également un volet équitable en proposant un cadre clair ainsi que des outils de valorisation pour les producteurs.

LES LABELS NON BIO… QUI FONT DÉBAT

Le label Haute Valeur Environnementale garantit que les pratiques agricoles utilisées sur l'ensemble d'une exploitation préservent l'écosystème naturel et réduisent au minimum la pression sur l'environnement. Il est fondé sur quatre thématiques : la préservation de la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et la gestion de l’irrigation.

Il a été attaqué en justice le 23 janvier 2023 pour tromperie du consommateur par UFC-Que Choisir, Générations Futures, Agir pour l'environnement, Réseau Environnement Santé, la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB), le SYNABIO et l’association Bio Consom'Acteurs (BCA). Ils réclament que les autorités mettent un terme au greenwashing entretenu par cette mention. Le respect des règles environnementales de base de la Politique Agricole Commune (PAC) n’est pas exigé, et l’utilisation d’intrants chimiques comme des engrais et pesticides de synthèse particulièrement néfastes pour l’environnement ou pour la santé humaine reste autorisée !

Le label Rouge est un sigle national permettant d’identifier des produits bénéficiant d’un niveau de qualité supérieur en comparaison à des produits similaires. Selon la catégorie du produit, le cahier des charges diffère (400 cahiers des charges différents au sein du label Rouge). L’hétérogénéité de ce label peut poser problème car pour certains produits il y a très peu de différences avec des produits sans labels (le porc par exemple). Il est compliqué pour le consommateur de s’y retrouver car pour chaque type de produit il lui faudrait aller voir le cahier des charges correspondant. Ce label n’intègre aucuns critères environnementaux (pesticides et OGM autorisés).

INFOGRAPHIE

Cette infographie réalisée par le média Vert reprends les principes généraux de chaque label et permet de les comparer entre eux (à partir de “La boussole des labels” réalisée par Bioconsom’acteurs, FAIRe un monde équitable et Actionaid).